2014 - Trait d’union Européen - Modane - San Marin – Rome - Tour de Sardaigne

Trait d’union Européen

Modane - San Marin – Rome - Tour de Sardaigne

Du 29Août au 24septembre 2014

 

 

             

Carte parcours 

 Pour ce nouveau trait d’union, départ de Modane. La majorité d’entre nous font une halte à St Savin (proche de Lyon) où nous sommes chaleureusement accueillis par Agnès, Claude et leur famille. Nos véhicules restent là et c’est en train que nous rejoignons  le reste de ‘’la troupe’’. Nous sommes 26 heureux participants dont 3 de notre club: Jean Pierre, Michèle et Christian.

L’équipe est bien rodée, les vélos sont vite sortis de housses, prêts pour un départ à 8h le lendemain.

Après la traditionnelle photo, pour cette 1ère étape, un plat de choix : l’ascension du col du Mont Cenis. L’ascension se fait  sous le soleil  sur une route en lacets où le pourcentage oscille entre 8 et 10 %. Regroupement au sommet, heureux d’ajouter un nouveau col de plus de 2000 m dans l’escarcelle !!! La descente est superbe, nous longeons le lac, on en prend plein les yeux.

Nous voilà en Italie pour 13 étapes. Nous sillonnons à travers le  vignoble d’Asti et  ensuite celui du Chianti. Les traversées de villes nous révèlent des surprises: une imposante concentration de vespa dans la ville de Carmagnola. La  richesse architecturale des villes nous surprend, notamment  la ville de Crémona (ville natale de Stradivarius) avec sa superbe   cathédrale. Détour par Brescello devenu célèbre pour avoir été le cadre des aventures de Don Camillo et Peppone, leur statue respective trône sur la place. Nous traversons la plaine du Pô et cap vers l’est, direction l’Adriatique pour une courte visite à San Marin (ça se mérite pour y accéder, plus de 10 km de montée dans une circulation intense!!). Nous gagnons la Toscane, bien vallonnée pour une étape à Florence. Nous avons un aperçu de cette ville, son imposante cathédrale et son baptistère en marbre vert et rose nous laisse bouche bée. Un moment de répit, après des routes encombrées, nous trouvons le calme sur une petite route entourée d’oliveraies et de pins parasols avant de gagner la ville de Pise et sa célèbre tour.

Une nouvelle étape  nous amène sur la côte méditerranéenne, les lauriers roses et forêts de pin bordent les routes.  Les stations balnéaires et leurs plages nous font un clin d’œil ! Rencontre insolite lors d’un regroupement, un homme étonné et intéressé par notre présence nous dit être le père de Paolo Bettini (champion du monde cycliste sur route à 2 reprises).

Le 10 septembre arrivée à Rome, 2 jours  de visite. Journées bien remplies, le programme est serré : Colisée, St Pierre, chapelle Sixtine, fontaine de Trévi (malheureusement en travaux)… pas un instant à perdre !

En faisant étape au bord du lac de Bracciano dont nous apprécions le calme et la douceur nous gagnons Civitaveccia: embarquement pour la Sardaigne.

La ville d’Olbia est le point de départ de notre tour de l’île. Nous longeons la côte Smeralda, côte la plus touristique et prisée de l’île jusqu’à son extrémité  d’où nous apercevons les falaises de Bonifacio .Ensuite, 4 étapes pour gagner Cagliari à  travers un relief de moyenne montagne avec de bonnes rampes et passage de quelques cols, point culminant le col de Genna 1041 m. Les forêts de pins , de chêne liège et d’eucalyptus  alternent avec des paysages plus arides où paissent des troupeaux de bovins très efflanqués, des moutons, des chèvres et quelques cochons errants ‘’criants famine’’.  Les routes de Sardaigne  contrairement à celles du continent sont en très bonne état et souvent bordées de figuiers de barbarie, attention aux crevaisons ! Dans cette succession de descentes et de bonnes montées nous traversons quelques villages, les façades des maisons sont souvent décorées de grandes fresques  représentant souvent des scènes champêtres. L’arrivée à Cagliari n’est pas chose facile, beaucoup de circulation et une chaleur étouffante. Nous bénéficions de quelques heures pour découvrir un peu de cette ville,  la plus importante de l’île. Le retour est amorcé,  traversée d’une zone pétrochimique avant de gagner une route escarpée longeant la mer, de nombreuses criques, côte sauvage qui nous comble, quelques tours génoises, nous surplombons souvent la mer, un vrai régal malgré les difficultés et surtout la chaleur ! Encore quelques cols à franchir à l’intérieur des terres avant de retrouver la côte. Arrivée à Alghero pour notre dernière nuit en Sardaigne, cette ville est très vivante, une surprise, le plat traditionnel affiché dans les restaurants : la paella. Réminiscence de l’histoire de cette île qui a été ibérique environ 400 ans. Un mot sur la cuisine italienne, le paradis pour cyclistes, pâtes à chaque repas,  suivies toujours de mets très goûteux et de desserts appréciés, certains menus étaient dignes de Pantagruel!

Tout à une fin, retour en France au départ de Porto Torres  via Marseille avec des souvenirs pleins la tête. La  solidarité a toujours joué son rôle dans le groupe, 23 étapes, 2414 km parcourus, 23678m de dénivelé. Nous avons partagé de grands moments.

Merci à Patrice et Chantal pour cette organisation sans faille sans oublier Roland, notre chauffeur qui a veillé sur nous en vrai cerbère.

  

Michèle & Christian S.